Les laines françaises #2 : Bouclelaine

Hello à tous !!

Je continue ma série d’articles sur les laines made in France, pour vous parler d’une marque de laines françaises que beaucoup d’entre vous connaissent déjà : Bouclelaine. 

Bouclelaine

Bouclelaine est un projet de valorisation des toisons et laines françaises et plus particulièrement bretonnes. Porté par une mère et ses filles, toutes les étapes de production, du choix des toisons a la teinture est fait localement ou presque !!

Cela faisait un moment que je lorgnais sur les laines Bouclelaine et ce pour plusieurs raisons évidentes :

  • La volonté de promouvoir le savoir-faire français dans le domaine de la laine et de l’élevage de moutons.
  • Le fait d’avoir des informations sur la provenance et la production de la laine et de pouvoir ainsi s’assurer du bien-être des animaux, mais également d’une production locale donc plus « écolo ».
  • Les laines qui sont de grande qualité et avec des couleurs originales et lumineuses qui se rapprochent des couleurs que l’on peut retrouver dans la nature.
  • Le côté rustique de ces laines qui sont plébiscités par beaucoup de tricoteuses notamment pour le travail du jacquard et qui possèdent des caractéristiques intéressantes je pense notamment aux laines provenant des moutons de l’ile d’Ouessant qui soumis a un climat océanique ont développés des toisons avec d’autres particularités.
  • Bouclelaine ne propose pas seulement l’achat de laine mais aussi l’achat de kits pour tricoter des modèles réalisés en collaboration avec la marque, ainsi que de très beaux objets finis comme des couvertures ou des accessoires.
  • Le rapport qualité/prix car en plus d’être géniales ces laines sont très abordables !

IMG_3575

Vous l’avez compris, j’étais conquise avant même de découvrir en vrai les laines Bouclelaine. Il y a quelques semaines j’ai pu aller au Knit Eat et ainsi rencontrer Clothilde et papouiller ses magnifiques laines. J’ai adoré discuter de son travail et de son projet ainsi que des caractéristiques des laines.

Les couleurs sont sublimes et il est très difficile de faire un choix, je me suis quand même décidée a emporter deux pelotes de laines Ouessant coloris naturel et cassis pour me tricoter les mitaines Hortensia de Solene, je vous parlerais plus en détail de ce projet dans un article dédié.

IMG_3808

Peu après le festival je me suis décidée a poser quelques questions a Clothilde afin d’en savoir encore un peu plus sur son travail et ses laines magnifiques et je suis donc ravie de pouvoir vous livrer ses réponses dans cet article. C’est parti !!

Comment à commencé l’aventure Bouclelaine et comment es-tu tombée dans l’univers de la laine ?

Bouclelaine, c’est une histoire d’une mère et deux filles qui adoraient tricoter et qui cherchaient des jolies couleurs en laine locale. Un jour Maman se retourne et dit « bon avec ta sœur on s’est dit qu’on allait créer une marque de laine, à condition que tu le fasses avec nous ». Et c’est ainsi que tout a commencé !

Peut-tu nous présenter les différentes bases et les laines que tu proposes ?

Aujourd’hui on a 4 gammes de fil :
  • Mérinos-Angora (fingering) fut notre premier projet, il valorise les poils de lapin angora élevé près de Nantes, en mélange avec du Mérinos d’Arles élevé en France. C’est notre fil doux, avec des animaux naturellement doux, on ne prend pas de risque.
Les trois autres fils sont en laine de pays et nous trions nous même les toisons pour s’assurer de la qualité première des fibres sélectionnées :
  • La gamme Ouessant (fingering) valorise les toisons des moutons élevés sur l’île d’Ouessant. Il y a peu de moutons à Ouessant alors nous y ajoutons aussi d’autres toisons de belle qualité récoltées dans le Finistère ainsi que du Mérinos d’Arles.
  • La gamme Roussin-Alpaga (light fingering et DK) est un alliage subtil de mouton Roussin de la Hague, race à la tête rousse originaire des prés salés de Normandie provenant de quelques troupeaux élevés en bio dans les Côtes d’Armor, et d’Alpaga Huacaya, élevés par Nina des Alpagas des Monts d’Arrée et d’un couple d’éleveurs situés également à une demie-heure d’auto de chez nous. Nous proposons cette gamme dans deux grosseurs de fil.
  • Et enfin notre tout dernier est l’Hampshire (worsted), issu d’un petit élevage bio de moutons Hampshire dans le Morbihan. Pour varier les plaisirs, nous avons décidé d’en faire un fil chiné épais avec deux brins blanc et deux brins taupe.

Quelles sont les différentes étapes de production et de transformations de la laine auxquelles tu participe et avec quelles personnes, associations ou filatures travailles-tu ?

On s’applique à aller au plus près de la source de laine, c’est à dire si l’on peut, à aller trier directement à la bergerie pendant la tonte du troupeau. Ensuite nous faisons laver les toisons en Haute Loire puis elles sont acheminées dans la Creuse où elles sont filées et teintes selon les indications que l’on a données. Les fibres nous reviennent sous forme d’écheveaux et de cônes puis c’est là que nous nous occupons du conditionnement, de prendre des photos et de participer à de chouettes festivals de tricot et marchés de laine.

 Peux-tu nous parler de l’association Atelier Laines d’Europe ?

Atelier est une association indépendante qui joue un important rôle de fédération de la fillière laine dans toute l’Europe. Nous avons rejoint cette année ce superbe groupement et sommes ravies de nous situer parmi les éleveurs, laveurs, filateurs, teinturiers, amateurs, passionnées… tous sensibles a une charte éthique et écologique que l’on peut consulter sur leur site internet.

Le site internet de l’Atelier, c’est aussi un calendrier très riche de ce qui s’organise autour de la laine : formations, festivals, foires, expositions… à consulter sans modération.

Logo-atelier-laines-deurope-1024x522

Bouclelaine ce sont des laines made in France, pourquoi ce choix et quelle à été votre réflexion autour de cette décision ?

Plus qu’un choix, nous ne nous sommes pas posé la question. Dans la continuité de notre mode de vie, que nous n’avons pas fini d’améliorer, nous travaillons avec les fournisseurs et prestataires les plus proches.

Comment sélectionnez-vous les élevages de moutons et les éleveurs avec lesquels vous allez travailler ?

Nous avons besoin de laine fine et assez longue pour faire un fil de bonne qualité, nous avons des critères précis quant à la qualité des toisons que nous récoltons. Une grande partie des moutons qui produisent notre laine sont élevés en bio ou presque, voire en pâturage libre la moitié de l’année à Ouessant, cela nous comble de bonheur.

IMG_3576

Comment se déroule l’étape de filage et de teinture de la laine et comment vous vient l’inspiration pour sélectionner et nommer les couleurs de vos laines ?

La création de nos gammes de couleurs est une de nos tâches favorites ! On fait une première sélection de beaucoup trop d’échantillons de coloris que l’on aime bien. Ensuite on se réunit et on part dans un débat à propos de quelle couleur qu’on adorait on accepte de sacrifier. Pour la prochaine gamme de Ouessant, il y a deux couleurs que je ne trouvais pas donc j’ai demandé à un ami peintre de faire des recherches autour de ces coloris manquants. Pour finir chacun y va de son interprétation pour nommer la couleur. Cela peut finir en festival de jeu de mot, une nuit de sommeil est de rigueur entre deux séances de nomination.

Avez-vous eu des commandes provenant de l’étranger ou de l’international, et souhaitez-vous vous faire connaitre dans les autres pays d’Europe ou à l’international ?

Nous avons des commandes de temps en temps de pays de l’Europe et c’est arrivé que des clientes des États-Unis ou du Canada nous contactent pour passer commande. Pourquoi pas continuer d’exporter, nous espérons continuer de nous développer c’est l’occasion de beaux voyages.

Quels sont les futurs projets de Bouclelaine ?

En ce moment nous attendons en trépignant d’impatience 38 nouveaux coloris répartis entre les gammes Roussin-Alpaga et Ouessant. Chez Bouclelaine c’est objectif couleur!

Et voilà c’est tout pour les questions 😉

Pour terminer j’évoquerais un aspect important chez les tricoteuses : le rapport douceur/rusticité d’une laine. Ce n’est pas parce qu’une laine est rustique qu’elle gratte, et je peut vous affirmer pour l’avoir touchée, que les laines Bouclelaines sont sèches mais ne grattent absolument pas et si vous êtes vraiment très sensibles pourquoi ne pas s’orienter vers la qualité merinos-angora d’une douceur incroyable ?

Lors de ma discussion avec Clothilde j’ai également découvert quelque chose d’important concernant les laines Bouclelaines : elles ne boulochent pas ou très peu !! Le secret ? Les toisons sont triées a la main (s’il vous plait !) afin de séparer les fibres qui sont trop courtes ou abimées avec un fort potentiel bouloche, des fibres plus longues qui donneront un beau fil de qualité. Si ça ce n’est pas un dévouement pour la qualité du fil !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :